Apprendre l’importance de la collaboration par le biais de l’agriculture

À l’occasion de la « Semaine de la Terre 2021 », nous sommes conscients des défis que représentent l’adoption et le développement de pratiques durables, pas seulement cette année, mais en tout temps. Chez AgriRÉCUP, le quotidien nous rappelle constamment le pouvoir de nombreuses personnes effectuant de petits changements. La fait de faire un pas de plus, une action supplémentaire, cela rend chaque jour un peu plus durable que le précédent. Nous avons également le privilège de travailler avec des étudiants qui partagent avec nous leur vision de l’avenir. Cette vision, leurs passions, leurs compétences nous rappellent que l’avenir est entre bonnes mains. Cela dit, nous avons donc le plaisir de vous présenter Bailey Pryce. Elle fréquente l’Université de Waterloo. Dans le cadre d’un stage en milieu de travail, elle contribue à notre équipe en tant qu’assistante commerciale.

Auteure, Bailey Pryce, assistante commerciale d’AgriRÉCUP

L’une des principales raisons pour lesquelles j’ai choisi de m’inscrire à un programme coopératif comme celui de l’Université de Waterloo est que je voulais faire l’expérience de différents environnements de travail avant d’obtenir mon diplôme. J’ai eu l’occasion de travailler pour le gouvernement provincial et dans un établissement universitaire avant de me joindre à l’équipe d’AgriRÉCUP en janvier 2021 pour un mandat de huit mois.

Lorsque je me suis jointe à AgriRÉCUP, j’ai vite réalisé que ma courbe d’apprentissage serait plus raide que lors de mes coopérations précédentes. J’ai dû apprendre rapidement de nouveaux sujets liés aux matières plastiques et au recyclage. J’ai également eu beaucoup à apprendre sur l’agriculture et les principaux intervenants, les agriculteurs, au cœur de cet important secteur.

Avant mon expérience ici, je pensais que l’agriculture était un secteur plutôt isolé, composé de fermes indépendantes qui ne communiquaient pas régulièrement entre elles. J’ai rapidement appris que les agriculteurs canadiens collaborent beaucoup et qu’ils sont bien connectés. Je le vois à travers les nombreux groupes de producteurs où ils travaillent ensemble afin d’assurer le développement des meilleures pratiques. Ils partagent des informations précises sur leur travail et fixent des objectifs à l’échelle du secteur. Bien que chaque organisation se concentre sur des sujets différents ou sur des régions variées, chacune s’appuie sur l’expertise combinée des agriculteurs canadiens. Ceux-ci peuvent être éloignés physiquement. Toutefois, ils se réunissent régulièrement pour collaborer sur des questions qui ont un impact sur leurs exploitations. Le fait que les agriculteurs ont le temps de contribuer à ces groupes, en plus du travail qu’ils font dans leurs exploitations, me surprend tout simplement.

En outre, je constate que d’autres intervenants s’associent à des projets qui sont plus proches de mes tâches quotidiennes. La coopération qui existe entre les réseaux de collecte d’AgriRÉCUP m’impressionne. Ici encore, malgré les énormes distances qui les séparent, en plus de leurs innombrables responsabilités, 1 000 sites de collecte ont collaboré pour aider les agriculteurs et l’industrie à atteindre l’an dernier un taux de collecte de 70 % pour les petits contenants (23 litres et moins). Je constate le même niveau de collaboration en travaillant étroitement sur le projet « Building a Zero-Plastic-Waste Strategy for Agriculture » d’AgriRÉCUP. Les régions et les agriculteurs expérimentent d’autres façons de faire dans le cadre de nouveaux projets pilotes.

À mon retour à l’université pour compléter mes deux derniers trimestres, je réfléchirai davantage à la manière dont je peux contribuer aux groupes communautaires sur des sujets qui me passionnent. Les agriculteurs et les autres acteurs du secteur agricole s’unissent pour créer un changement positif et je peux faire de même.

Étudiante en quatrième année à l’Université de Waterloo, Bailey Pryce se spécialise en environnement et dans le domaine des affaires. Elle est à mi-chemin de son stage coopératif avec AgriRÉCUP en tant qu’assistante commerciale.