Une grande partie de ce qui va aux sites d’enfouissement a une valeur sur le marché. Compte tenu des occasions qu’offre l’industrie du recyclage, pourquoi continuer d’enterrer cette valeur ?

Le concept « réduire-réutiliser-recycler » a le même âge que celui des déchets. Les producteurs agricoles, particulièrement les plus âgés, sont parmi les plus passionnés concernant le recyclage. Ce n’est pas parce que soudainement ils viennent d’adopter la nouvelle « religion » du recyclage pour sauver la planète. C’est qu’ils croient que c’est nécessaire pour survivre. En fait, c’est intéressant de noter que les citadins viennent tout récemment d’adopter l’idée de recycler comme s’il s’agissait de quelque chose de nouveau. Quelque chose qu’on vient tout juste d’inventer afin de sauver notre environnement pour les générations futures. Les producteurs agricoles le font depuis que l’agriculture existe. Cela n’a rien à voir avec le fait que le recyclage soit « à la mode ». C’est que les producteurs agricoles savent intrinsèquement que le recyclage est synonyme d’économies.

À un très bas âge, mon père, qui a grandi sur une ferme à Barnes Crossing en Saskatchewan, a appris la valeur des biens. Rien qui pouvait servir à nouveau n’était jeté. Une récente visite à son atelier en témoigne. Presque chaque outil portait la marque d’une réutilisation, qu’il s’agisse d’une corde de balle autour d’un outil en particulier, d’un banc de travail fabriqué à partir de vieilles planches ou d’un banc de scie reposant sur un ancien châssis de machine à coudre. Presque tout démontrait un assemblage quelconque d’éléments divers, mais parfaitement utilisables et utilisés au cours des années pour fabriquer et pour réparer deux maisons, des meubles, des cadres et tout ce que vous voulez.

Cependant, de nos jours, l’économie fait que nous oublions la valeur des matériaux. Le papier, les plastiques, le bois, les métaux, même les eaux usées peuvent se voir accorder « une seconde vie ». Exploiter la valeur des déchets comme ressource améliore l’environnement, l’économie et bénéficie à tous les Canadiens.

L’environnement

L’entreposage non réglementé des déchets, leur abandon illégal et leur incinération à l’air libre posent problème puisqu’ils peuvent mener à la pollution et présenter des risques pour la santé. Le recyclage contribue à la réduction de la pression sur l’environnement et de la taille de nos sites d’enfouissement. Le recyclage des produits permet d’économiser de l’argent, réduit les gaz à effet de serre et autres contaminants potentiellement dangereux qui peuvent pénétrer dans le sol et contaminer l’eau de surface et celle de la nappe phréatique. On évalue qu’un taux de recyclage de 30 % équivaut presque à retirer trente millions d’autos de nos routes. Cela se traduit par de l’air plus propre et des communautés plus en santé.

La création d’emplois

Le recyclage intégral repose sur le travail manuel pour collecter et pour trier au site de traitement. S’y ajoute le personnel de vente, celui de l’exploitation et de la logistique. Différentes études démontrent que le recyclage génère de quatre à cinq fois plus d’emplois que l’élimination des déchets. Le secteur du recyclage est en passe de devenir une industrie extrêmement prometteuse. Une industrie génératrice d’emplois et de revenus qui stimulent la productivité et la croissance économique.

Des innovations vertes

Le recyclage et l’utilisation des déchets contribuent à stimuler l’utilisation de technologies plus vertes comme moyen d’économiser davantage l’énergie et de réduire la pollution. Le concept d’énergie alternative inclut toutes les sources qui ne consomment pas d’énergie fossile, qui sont facilement disponibles et favorables à l’environnement. Mondialement, l’utilisation des sources d’énergie renouvelable (solaire, éolienne, géothermique) progresse. Cette utilisation présente des avantages qui ont le potentiel de dépasser largement nos besoins actuels.

En agriculture, les producteurs agricoles canadiens sont engagés dans la réduction de leur impact environnemental. Ils ont assurément gagné beaucoup de terrain au cours de la dernière décennie. Les programmes de recyclage comme ceux gérés par AgriRÉCUP ont été mis en place à la suite d’une forte demande de l’industrie afin de trouver une solution aux problèmes des déchets agricoles. Rapidement, cela s’est traduit par une façon différente de faire les choses à la ferme.

Partout au pays les producteurs agricoles recyclent plusieurs sortes différentes de déchets agricoles (des contenants de pesticides à la ficelle, enrubannage pour balles, sacs de semences et de grains). Ces matériaux sont nettoyés, mis en granules à un site de traitement, puis transformés en différents nouveaux produits. Par exemple, ils deviendront du drain agricole, des barquettes ou des palettes pour l’horticulture, des sacs à vidanges et autres objets en plastique.

Les bienfaits environnementaux du recyclage se traduisent de plusieurs façons, y compris l’économie d’espace aux sites d’enfouissement, l’économie d’énergie et de ressources naturelles. Bien que le pour et le contre du recyclage fasse parfois l’objet de farouches débats, sa rentabilité ne fait pas de doute.

Une chose est certaine : peu importe la façon choisie de participer aux programmes de recyclage offerts dans nos communautés, l’impact de nos actions se fera sentir pour des générations à venir. Je peux personnellement témoigner de la valeur du recyclage à la vue d’une récente photo de famille dont le cadre provient de morceaux de vieilles planches coupées sur un banc de scie dont la base est le châssis d’une ancienne machine à coudre.

Pour obtenir plus d’information sur les façons de mieux gérer les déchets à la ferme, y compris les plastiques, visitez cleanfarms.ca

admin24 novembre, 2017